Aller au contenu principal
Notre actualité

Our news

22 avril 2021

Transformer les déchets de perlite en briques de construction

En Argentine, 50 maisons ont déjà été construites avec un nouveau type de briques contenant 90 % de résidus de perlite. Un parfait exemple d'économie circulaire appliquée à l'industrie minérale.

Houses in Argentina

L'usine Imerys de Tucumán, en Argentine, a développé une méthode pour valoriser davantage les déchets issus de la production de perlite, un minéral essentiel pour plusieurs marchés, notamment la filtration, la construction et l'agro-industrie. Ces déchets de perlite sont désormais utilisés pour produire des briques ! Auparavant, les résidus de perlite servaient à combler les carrières abandonnées, une utilisation finale qui répondait aux critères environnementaux, mais générait plus de coûts et moins de valeur pour la société.

En 2018, l'usine a organisé le don de ses déchets de perlite à une coopérative locale du nom de « Los Parceros » (« les partenaires » en français). La coopérative produit des briques dans la région de Tucumán en utilisant 90 % de résidus de perlite et 10 % de ciment. 

Álvaro Alderete, président de la coopérative « Los Parceros » explique les différentes étapes de la fabrication. « Le procédé débute par le transport des déchets de perlite, conditionnés dans des sacs. Puis nous les introduisons dans nos lignes de production en ajoutant le ciment et l'eau, avant de mélanger le tout. Lorsque le mélange a atteint la bonne consistance, il est placé dans une presse hydraulique pour mouler les briques, qui sont ensuite séchées pendant une journée. Enfin, elles sont empilées sur des palettes et stockées durant 28 jours jusqu'à ce qu'elles soient prêtes à être utilisées pour la construction. »

Chaque tonne de résidus de perlite permet de produire 1000 briques, qui possèdent d'excellentes propriétés d'isolation thermique et acoustique. Grâce à leur teneur élevée en perlite, ces briques sont plus légères, plus faciles à manipuler et plus homogènes qu'une brique ordinaire. Elles sont par conséquent plus simples à assembler, ce qui accélère l'ensemble du processus de construction. Un autre avantage de ce procédé est qu’il ne nécessite pas de four : les briques peuvent être séchées naturellement à l'air libre, limitant ainsi la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre (CO2). Malgré un allongement du délai de fabrication, cela réduit l'empreinte environnementale globale du produit final.

Le partenariat a débuté il y a 3 ans à petite échelle. Au fil du temps, les essais se sont révélés concluants et en 2020, la coopérative a démarré la production à plus grande échelle. En février 2021, un total de 40 000 briques ont été produites et utilisées pour construire 50 maisons. L'usine de Tucumán peut fournir environ 220 tonnes de déchets par mois, ce qui va permettre d’augmenter la production de briques pour répondre à l’accroissement de la demande locale.

« C'est un exemple d'économie circulaire, qui profite à l'environnement, à l'entreprise et à la population locale, déclare Jacqueline Correa, responsable Qualité et Systèmes de management intégré (SMI) d'Imerys à Tucumán. La matière première ne finit pas comme un déchet, elle est réutilisée dans un procédé de fabrication pour créer un nouveau produit. Nous recherchons des solutions innovantes non seulement pour réduire l'impact environnemental de nos opérations, mais aussi pour apporter des alternatives durables à la collectivité . »
 

Découvrez en images le processus de production des briques en résidus de perlite (vidéo en anglais) :

CSR | Perlite waste residue from Argentina used in bricks manufacturing | Imerys
CSR | Perlite waste residue from Argentina used in bricks manufacturing | Imerys

Fermer

Vous souhaitez plus de renseignements sur :

À propos de vous :
* Champ requis
Fermer